Crues maximales probables (PMF)

.La connaissance des crues extrêmes est primordiale car elle conditionne le dimensionnement des ouvrages de contrôle des débits de crues, évacuateurs, bassin de rétention.

goutte

La crue est la manifestation finale d'une chaîne d'éléments constituées par

  • les précipitations, caractérisées par leur intensité, leur durée et leur localisation
  • le transfert sur le bassin versant concerné
  • le comportement hydraulique des ruisseaux et des rivières du bassin versant
  • le laminage par le lac d'accumulation ou la retenue
  • la manipulation de l'ouvrage hydraulique de contrôle et d'évacuation des crues.

Pour déterminer la crue maximale probable (PMF), il s’agit de tenir compte du relief, des bassins versants, de la saturation en eau, des écoulements de surface et des écoulements de subsurface ainsi que des réservoirs naturels et artificiels. Il s’agit de prendre en compte aussi bien les conditions hydrologiques du bassin que du routage dans les cours d’eau.

Lorsque les valeurs de PMP sont utilisées pour le dimensionnement d’un ouvrage hydraulique, la notion de durée associée à la valeur de PMP prend une importance particulière. En effet, le projet CRUEX a démontré que les précipitations extrêmes déterminantes pour la crue critique dépendent du type d’ouvrage et sont associées à une durée critique (CRUEX, 1994). Une fois la PMP répartie sur la surface d’un bassin versant, un modèle de routage est utilisé. Des modèles simplifiés permettent aussi de définir trois durées ou temps caractéristiques de la crue. Il s’agit du temps de concentration, du temps de pointe et du temps de récession.

Dans le cadre du projet PMP 2005, les bassins versants suisses de List et de Arnensee ont été traités sur la base des nouvelles cartes PMP. La méthodologie traditionnelle utilisée pour la détermination des crues maximales probables (PMF) a toutefois montré des difficultés inhérentes à ces relativement petits bassins.

Un nouveau modèle pour les crues a donc été développé par A. Brena sous la conduite de J.-A. Hertig. Un modèle de répartition spatiotemporelle des précipitations, associé à un modèle d’infiltration et de routage, démontre que la PMF est compatible avec la PMP calculée dans plusieurs cas de bassins versants, indépendamment de leur taille.

Méthodologie et Calculs H&L

  • Détermination de la structuration spatiotemporelle de la pluie pour produire pour tous les points du domaine des séries temporelles respectant les valeurs moyennes durant le pas de temps, l’écart type des fluctuations, leurs répartitions spectrales et les corrélations spatiales.
  • Collecte des précipitations sur un domaine représentant le bassin versant (étape déterminante pour les grands bassins versants)
  • Routage sur la surface selon une nouvelle approche se basant sur une topographie de maillage à 10m.
  • Calculs de la PMF selon le nouveau modèle d'infiltration et de routage.

versRetour à la page Précipitations & Crues versVos contacts H&L : J.-A. Hertig, R. Receanu
versVoir aussi les pages Cartes des précipitations extrêmes en Suisse et PMP



Home - Compétences - Méthodes - Collaborateurs - Publications - Réalisations
A propos de - Contactez-nous - Sitemap - Partenaires - Sites favoris - Page précédente -

Dernière mise à jour : 27.02.2014
Copyright 1999 Hertig-Lador